top of page
  • Photo du rédacteurIrena Mehoj

Biais cognitifs et technologie RPO -l'élément humain et le recrutement automatisé


rpo, technologie rpo, recrutement, technologie de recrutement, biais cognitifs dans le recrutement

Dans le monde complexe des décisions organisationnelles, la sélection et l'intégration de nouveaux membres d’une équipe revêtent une importance capitale. Ce processus, généralement réalisé au moyen d'entretiens structurés, exige non seulement de réelles compétences décisionnelles, mais aussi une approche minutieuse de l'évaluation. Les biais cognitifs jettent cependant une ombre sur cette pratique cruciale - des influences subtiles qui peuvent avoir un impact considérable sur le résultat. Ce blog a pour but d'explorer l’univers caché des biais affectant un processus de recrutement, en se penchant sur leurs origines, leurs manifestations et, surtout, sur les stratégies permettant d'en atténuer les effets.


Comprendre les biais cognitifs dans le recrutement


Les biais cognitifs, définis comme des erreurs systématiques dans la prise de décision, représentent un défi important pour la théorie du choix rationnel, largement adoptée dans la modélisation du comportement économique et social. Ces biais ont des implications qui vont au-delà des décisions d’engagement en influençant les différentes étapes du cycle de vie des collaborateurs, du recrutement à la fidélisation.


Le secteur du recrutement, intermédiaire vital entre les talents et les opportunités professionnelles, n'est pas à l'abri de l'impact subtil des biais cognitifs. Ces préjugés influencent sournoisement les décisions des recruteurs, impactant ainsi la composition des équipes et le succès global des organisations. Il est essentiel de reconnaître comment les préjugés se manifestent pour favoriser un processus de recrutement équitable et efficace ; les combattre dans le monde du recrutement n'est pas seulement une question de conformité légale, mais aussi un impératif stratégique.


En s'engageant en faveur de la diversité, en investissant dans l'éducation et en utilisant la technologie de manière responsable, le secteur du recrutement peut devenir le champion des pratiques d'engagement équitables et éthiques.


Biais cognitifs dans le processus de sélection des candidats


Une investigation dans les subtilités de la présélection des candidats révèle un scénario complexe où les préjugés peuvent marginalement influencer la prise de décision. L'attention limitée que les recruteurs peuvent consacrer à chaque candidat au cours de cette phase crée un défi : comment optimiser la collecte d'informations avec cette contrainte. Ce phénomène, appelé "discrimination par l'attention”, suggère que les décideurs, pressés par le temps et les ressources, s'appuient souvent sur des attributs de groupe ou des stéréotypes pour évaluer l'aptitude d'un candidat. Un exemple est une indication dans le nom ou l'expérience révélant des informations sur la race d’un candidat. Cette approche risque de faire passer à la trappe des candidats bien qualifiés provenant de minorités, ce qui impacte leur parcours dans le processus de recrutement. Il est essentiel de comprendre et confronter cette tendance pour favoriser la justice et l'équité dans les pratiques de recrutement.


Les subtilités des biais cognitifs lors des entretiens de recrutement


Depuis un siècle, les entretiens de recrutement jouent un rôle prépondérant dans la pratique de sélection des candidats, et il est rare de rencontrer un processus de sélection sans cette phase. Les entretiens constituent souvent l'outil principal ou ultime de prise de décision de recrutement. Malgré leur utilisation répandue, les entretiens peuvent faire l'objet de critiques en raison de leur nature subjective et de leur susceptibilité aux préjugés et à la discrimination.


Récemment, des recherches ont démontré que des facteurs cognitifs, tel le traitement de l'information, pouvaient contribuer aux biais. Ce qui nous fait porter notre attention tout particulièrement sur les aspects fondamentaux du comportement et de la prise de décision dans les organisations. Toutefois, nous manquons encore d'un cadre précis permettant d’expliquer de quelle manière les caractéristiques des candidats affectent les jugements des intervieweurs, en tenant compte des aspects sociaux et organisationnels des entretiens de recrutement.


Certains biais cognitifs sous la loupe


  • Biais de confirmation :

Ce biais se manifeste par la tendance à rechercher des informations qui confirment le préjugé initial. Par exemple, les candidats ayant un nom ou un accent ethnique peuvent être injustement considérés comme moins compétents, ce qui influence la décision finale quant à leur aptitude à un emploi. L'influence de ce biais révéle l'importance cruciale d'une évaluation équitable.


  • Effet de halo :

L'effet de halo se produit lorsque les caractéristiques positives d'une personne sont projetées sur ses autres qualités. Dans le domaine des ressources humaines, les intervieweurs évaluent parfois certains traits de personnalité de manière disproportionnée, ce qui conduit à des conclusions erronées sur les compétences globales d'un candidat. Il est essentiel de reconnaître et d'atténuer ces préjugés pour que le processus d'évaluation soit complet et équitable.


  • Les stéréotypes :

Les stéréotypes consistent à attribuer des caractéristiques spécifiques à un groupe sur la base de croyances acceptées. Lors des entretiens, les recruteurs risquent d’attribuer inconsciemment des caractéristiques particulières du candidat, telles que la race ou le sexe, à des stéréotypes répandus, influençant ainsi injustement l'évaluation des compétences du candidat. Pour y remédier, il faut s'efforcer d'évaluer consciemment les candidats sur la base de leurs qualifications individuelles plutôt que sur des attributions préconçues.


Stratégies pour atténuer les biais cognitifs dans le processus de recrutement


Reconnaissant le caractère inévitable des biais cognitifs, les organisations peuvent adopter des mesures visant à minimiser leur impact de manière proactive.


Quelques-unes des stratégies pratiques :


  • L'auto-évaluation permanente : s'auto-évaluer régulièrement et reconnaître ses préjugés personnels afin de promouvoir un environnement équitable dénué de biais.

  • Des processus de recrutement structurés : normaliser les évaluations au moyen de processus structurés afin de réduire les influences subjectives et d'assurer une évaluation plus objective des candidats.

  • Accent sur les critères objectifs : fonder les évaluations sur des critères factuels plutôt que sur des opinions subjectives, en donnant la priorité aux compétences et qualifications concrètes.

  • Diversité des points de vue : incorporer de multiples points de vue dans le processus de recrutement afin de neutraliser les préjugés individuels et aussi faciliter une évaluation exhaustive.

  • Transparence de la décision : expliquer clairement les raisons de la préférence accordée à un candidat donné, afin de favoriser l'introspection et de mettre en lumière les préjugés potentiels.

  • Atténuer les préjugés ou la stratégie "attendre et réessayer" : pour faire face à l'influence généralisée des biais cognitifs, il est essentiel d'adopter une approche réfléchie et cohérente du jugement. La méthode "attendre et réessayer" incite les intervieweurs à suspendre leurs jugements initiaux en donnant à chaque candidat une opportunité de démontrer ses véritables capacités, au-delà des impressions initiales. Cette stratégie, non conventionnelle, vise à éviter les conclusions hâtives et potentiellement inexactes prises sous l’influence de préjugés.

Lier intelligence artificielle et pratiques de recrutement équitables


Le lien entre l'intelligence artificielle, les biais cognitifs et le processus de recrutement soulève des questions éthiques. Lorsque les algorithmes d'IA sont nourris de données biaisées, il existe un risque de perpétuer la discrimination et de renforcer les préjugés, ce qui peut conduire à des décisions injustes lors de la sélection de candidats. Ces algorithmes, à l’instar des préjugés humains, contribuent à des injustices potentielles dans le processus de recrutement. L'utilisation de l'IA peut involontairement amplifier les préjugés déjà bien présents dans des recrutements passés, affecter négativement la diversité et prolonger les inégalités.


Pour relever ce défi, il faut mettre la priorité sur une IA interprétable et à sa conception éthique, en mettant l'accent sur l'équité et la transparence lors de l'utilisation de la technologie. Il est essentiel que les décideurs (humains) et les systèmes d'IA, qui intègrent diverses perspectives, se complémentent harmonieusement pour réduire les biais et promeuvent un environnement de recrutement plus équitable au sein de cette industrie. Une compréhension précise de ces liens est fondamentale pour guider le développement de systèmes d'IA éthiques et responsables dans le domaine du recrutement.


En conclusion, l'influence indéniable des biais cognitifs dans le processus de recrutement exige des efforts proactifs pour en atténuer les effets. En comprenant leurs origines et leurs manifestations, et en mettant en œuvre des stratégies concrètes, les organisations seront armées pour naviguer le paysage complexe des pratiques RH et de l'intégration des technologies. Une approche équilibrée et réfléchie reste primordiale, garantissant que la technologie améliore plutôt qu'elle n'entrave la promotion de pratiques de recrutement équitables et impartiales.


En fin de compte, l'influence humaine est la clé. Les personnes impliquées dans le processus, des recruteurs aux décideurs, ont le pouvoir de transformer l'industrie. En privilégiant la connaissance de soi, des processus structurés et un engagement en faveur de l'équité, ils peuvent contribuer à la création de lieux de travail plus inclusifs.


Reconnaître l'humanité des recruteurs et des candidats ainsi que l'impact des préjugés ouvre la voie à un avenir où les décisions d’engagement ne sont pas seulement stratégiques, mais aussi justes et équitables.

Comments


bottom of page